Scroll to Top

#Burundi| Des origines et de la radiation de la ligue Iteka

By Julien Barinzigo / Published on Wednesday, 04 Jan 2017 03:53 AM / / 360 views
Anschaire Nikoyagize, le Président de la Ligue Burundaise des droits de l’homme

Après 25 ans de travail assidu dans le domaine de la défense des droits de l’homme, la Ligue Burundaise des droits de l’homme vient d’être définitivement rayée de la liste des organisations de la société civile au Burundi par le Ministre BARANDAYIYE Pascal pour avoir ‘’continué à ternir l’image du pays et à déstabiliser les institutions’’ selon le parte parole du Ministre de l’Intérieur et de la formation patriotique, Terence Mbonabuca.

Créée le 6 février 1991 avec comme mission principale la promotion et la défense des droits de l’homme, ainsi que la prévention de leur violation, la Ligue Burundaise des Droits de l’Homme Iteka trouve soubassement dans les violations graves contre l’être humain au Burundi pendant le pouvoir du parti unique, l’Uprona.

Ainsi, l’idée viendra du cercle Ndandaye, le héros de la Démocratie. Chose que plus d’un ignorent. Au début, les grands décideurs de la ligue se recrutaient au sein des collaborateurs de Ndadaye avec le but de l’organisation de sensibiliser, d’éduquer et de former la population pour qu’elle assure la défense de ses droits, les membres, à la tête, de l’ethnie hutu ont été pris pour révolutionnaires.

Ainsi, certains membres se sont sentis menacés et découragés. Nombreux sont des hutus qui ont déserté l’organisation qui, par la suite, été sauvée par son impartialité.

Comme d’autres organisations, au rythme de son devise “Uwo uri wese wubahwe “, la Ligue Iteka a rencontré de défis et nonobstant a connu des succès au point d’être présente partout sur le territoire national, dans toutes les communes. Elle s’est jointe aux autres organisations de la société civile à savoir l’Olucome, Forsc, Focode, Human Right Watch , Amnesty International, CNDH et BINUB pour dénoncer les  actions jugées abérrantes en ligne rouge la vie chère , les traitements dégradants et humiliants et le troisième mandant pour ne citer que ceux là. Dès lors, Iteka est taxée de se mêler dans la politique et par voie de conséquence outrepasser ses engagements dont le Ministre de l’intérieur est gardien.

De plus, la Ligue Burundaise des droits de l’homme a coopéré dans la production du dernier rapport sur l’état des droits de l’homme selon la Rfi dans son journal du 4 janvier.
Au sommet des challenges, la trésorière Mm Marie Claudette Kwizera est portée disparue depuis  décembre 2015, une disparition en dépit de laquelle la Ligue s’est dite déterminée de rester au travail avec ses collaborateurs à savoir PNUD , FIDH dont elle est membre, Maater werk bij Turugkeer.

Iteka avait reçu un ultumatum de la part du Gouvernement pour ‘’se ressaisir’’ et le Président en exile en a fait litière.L’ impartialité dont jouissait Iteka ne sera toujours pas considérée au point que , dans une conférence de presse tenue par le ministre de la sécurité publique Alain Guillaume Bunyoni le 21 décembre 2016 avait proposé: « Que la Ligue Iteka aille ailleurs! »un souhait tombé 5 ans après, soit le 18 Août 2011, la déclaration du président de la ligue Iteka sur les ondes de la RPA: « ce parti n’est pas mieux placé pour faire la promotion de l’ethnie hutu ».

Les internautes se souviendront de la promesse de Nikoyagize sur les ondes de Humura de continuer de travailler d’arrache- pied à défendre les droits de l’homme au Burundi malgré ll’annonce de la  suspension provisoire.

Add Comment

Comments (0)

Write a comment ...
Post comment
Cancel