Scroll to Top

Lancement officiel de la campagne “Arrêter l’Hémorragie” au #Burundi.

By Julien Barinzigo / Published on Friday, 14 Apr 2017 12:03 PM / /
Le projet se lit sur les feuilles: ”Stop paradis fiscaux”

Au terme d’un atelier de formation et d’informations organisé par  l’Initiative Citoyenne pour l’Environnement et de Développement Durable ICED et la Ligue des droits de l’homme Izere Ntiwihebure en collaboration avec le Réseau pour la Justice Fiscale Afrique TJN-A ont organisé du 11 au 12 avril un atelier de sensibilisation multipartite sur la justice fiscale et les flux financiers illicites au Burundi  dans les enceintes de Martha Hôtel, les trois organisations passent au lancement officiel de la campagne ‘’Arrêter l’Hémorragie’’.

L’événement a vu la participation d’une soixante de personnes issues des secteurs variés : Des honorables députés, des consultants internationaux en matières fiscales, des leaders des églises, des leaders de la société civile, des étudiants de différents campus et des journalistes de différents media.

Selon François-Xavier Ndaruzaniye, en même temps Président et Représentant Légal de la ligue des droits de l’homme Izere Ntiwihebure affirme que les deux jours de formation et d’informations leur ont permis de se rendre compte que les africains sont riches mais que l’Afrique reste pauvre .C’est qui est un paradoxe pour lui.

‘’Nous voulons lutter contre l’hémorragie africaine. Nous voulons lutter contre les paradis fiscaux, lutter contre toutes pratiques qui visent à minimiser la valeur africaine, la valeur burundaise .Concrètement, nous allons sensibiliser toutes las parties prenantes, à  commencer par la population, les administratifs’’ rassure Ndaruzaniye dans une interview accordée aux journalistes.

‘’Quand nos produits sont déjà vendus nous ne retournons pas leurs imposer le prix mais une fois finis nous les achetons à un prix exponentiel ‘’ .Ces Etats nous caressent et leurs bénéfices sont difficiles à calculer pour les non avisés. Sur un dollar donné, 60 sentîmes retournent aux grandes puissances. Ces multinationales s’emparent de nos richesses. Les pays riches le sont grâce à la richesse africaine ‘’ a martelé cet homme de droits.

Pour Leila Kiyutu du Réseau pour la Justice Fiscale Afrique TJN-A, le slogan ‘’Arrêter l’Hémorragie’’ est le résultat des réunions tenues au nom de la justice fiscale. Ainsi, de 13 pays africains et deux non africains, 4000 signatures ont été posées pour dire non à la fraude fiscale et aux incitations fiscales.

Après avoir exposé les trois C qui contribuent à la perte financière en Afrique qui sont la corruption, les activités commerciales et les crimes, Leila a demandé aux participants burundais de contacter son réseau tout en soulignant que Burundi a besoin de faire quelque chose en ce qui est de la fiscalité.

Le camerounais Mbala Mballa a rappelé que l’’’Afrique saigne et elle saigne financièrement, si vous ne traitez pas l’impôt, il vous traitera’’, a regretté Jean .

Prime Nkezumukama , le coordinateur des projets au sein du CIDEP, a cimenté cette affirmation par la présentation sur le lien entre la fiscalité et les droits humains.

La chanson projetée par Leila et le sketch interprété par les universitaires pour lutter contre l’évasion fiscale ont laissé les participants sur leur soif d’intervenir sur l’expérience vécue par le député Malayika Pamphile en ce qui est de la fiscalité au Burundi.

Selon Malayika, un client de la BCB qui dont le compte est debitaire de 20 millions de fbu doit préciser l’origine de ses avoirs. Il recommande que toutes les banques s’inspirent de ce bon exemple de transparence bancaire.

 

 

Add Comment

Comments (0)

Write a comment ...
Post comment
Cancel