Scroll to Top

Burundi: Le message du Pape François transmis aux refugiés de Bwagiriza

By Julien Barinzigo / Published on Saturday, 13 Jan 2018 05:37 AM / /
Lesévêques catholiques de l’Afrique centrale dans le camp de refugiés de Bwagiriza, Ruyigi, le 12 janvier 2018, credit photo PNB

Le message du Pape François fait de quatre mots saillants :accueillir, protéger ,promouvoir et intégrer est afin parvenu aux refugiés du camp de Bwagiriza à l’ouest du Burundi via les évêques de l’Afrique centrale.

Ce vendredi le 13 janvier, une délégation des évêques catholiques membres  du Comité Permanent de l’Association des Conférences Episcopales d’Afrique Centrale qui rassemble les évêques catholiques du Rwanda, du Burundi et de la RDC en réunion  au  Grand Séminaire J Paul II de Gitega a visité le camp des refugiés de Bwagiriza en province de Ruyigi.

Accompagnés par le conseiller principal du gouverneur de la province Ruyigi, le sous- commissaire provincial  chargé des migrations, le chef d’antenne régional à Ruyigi, le directeur adjoint pays du HCR au Burundi et tant d’autres, les visiteurs ont bien aimé commencer par la messe qui a été lue dans la salle polyvalente du camp.

Dans son allocution, Mgr  Joachim NTAHONDEREYE, Président de la conférence des évêques catholiques du Burundi a annoncé qu’ils apportent le message de du  pape François qu’il adresse à tous les refugiés des camps du monde centré sur quatre mots : accueillir, protéger promouvoir et intégrer. Il n’ a pas manqué de leur signifié que les évêques continuent en tant que leaders spirituels de faire le plaidoyer en leur faveur partout dans le monde où leur voix peut atteindre.

Le conseiller principal qui avait représenté le gouverneur de la province a demandé aux évêques d’interpeler  les burundais  qui se sont refugiés en RDC et au Rwanda de retourner au pays.

Au terme de la visité, la délégation a distribué  des vivres aux refugiés les plus vulnérables et  enfin visité quelques infrastructures du camp à savoir  l’école, le centre de santé, et quelques maisons d’habitation du camp.

Comme demandé par les évêques catholiques du Burundi, la securité était garantie par un bon nombre d’éléments  forces de l’ordre présents sur les lieux.

 

2,815 total views, 0 views today

Add Comment