Home africa news Un Kényan conçoit un fauteuil roulant à partir de pièces recyclées

Un Kényan conçoit un fauteuil roulant à partir de pièces recyclées

Le “Lincell” est la dernière création de l’innovateur autodidacte Lincoln Wamae.

Le jeune Kényan résout les problèmes de mobilité avec des matériaux recyclés. Il fabrique des chaises électriques personnalisées pour les handicapés de son pays en utilisant de la ferraille et autre matériau d’appareils recueillis dans des décharges.

Toutes les batteries qui sont ici proviennent d’ordinateurs portables morts ou peut-être que les batteries sont mortes elles-mêmes. Puis à partir d’ici je vais dans mon atelier et je les démonte et j’obtiens les bonnes cellules, et ce sont les cellules que j’utilise pour faire mes véhicules ….. Je ne pouvais pas concevoir une chaise qui utilisait du carburant, parce que je suis un bon champion de l‘énergie verte, j’ai donc dû réfléchir à la façon dont je pouvais utiliser des matériaux recyclés qui comprenaient les batteries, et la batterie était le composant principal du fauteuil roulant…“, explique-t-il.

Même les sièges proviennent de chaises de bureau usagées. La batterie est au cœur de la conception, elle doit être suffisamment fiable pour maintenir le fauteuil sous tension jusqu’à 70 kilomètres. Il peut définir la distance qu’une chaise couvrira sur une seule charge en faisant varier le nombre de cellules qu’il installe dans une batterie.

“Ce vélo est durable, il a une longue portée à cause de la batterie, il a une bonne stabilité à cause du centre de gravité bas à cause de la batterie, il a des amortisseurs pour rendre les terrains accidentés confortables, il a une bonne vitesse afin qu’il atteigne le point où nous allons à une vitesse plus élevée grâce à une seule charge, il peut être capable de se déplacer sur de longues distances sans charger, et le matériau qui l’a construit est très durable et solide”.

Maryann Wanjiru est paralysée depuis qu’elle a huit ans. Elle n’a pas pu aller à l‘école et pendant 45 ans, elle a été forcée de ramper ou d’utiliser un fauteuil roulant manuel pour se déplacer. Le fauteuil roulant Lincell a transformé sa vie.

“Avant, j’avais un tricycle manuel. Ça me rendait faible parce que j’essayais de rouler jusqu‘à ce que mes mains et ma poitrine soient fatiguées. Mais quand on m’a donné ce tricycle électrique, c‘était bien mieux parce que celui-ci, vous n’utilisez pas d‘énergie, vous appuyez seulement sur un bouton. Et il n’y a aucun endroit où vous ne pouvez pas aller, même au marché, je vais à l‘église, même quand je veux aller à Nairobi en utilisant les transports en commun, il y a un endroit où je le laisse aller et où je le récupère à mon retour.”, raconte-t-elle.

Il coûte environ 250 $ à Lincoln pour fabriquer un fauteuil roulant électrique qu’il revend à environ 300 $ la pièce. Le trentenaire a passé trois ans à perfectionner son produit et il espère développer son activité pour fournir ses fauteuils roulants à travers l’Afrique.

Source : Africa News

Facebook Comments

Most Popular

Education : Bazindutse bugariza ishure

Abavyeyi barereye kw’ishure ryitiriwe inyenyeri riri i Maramvya muri komine Mutimbuzi intara ya Bujumbura, bazindutse kuri uyu wa gatanu bugariza iryo shure. Abo bavyeyi...

Abibaza ko coronavirus yaheze ngo ni ukwihenda cane.

Muri ino minsi haribonekeza ukudebukirwa mu kwikingira coronavirus, aho abantu badatinya gukoranako mu kuramukanya, mu kutubahiriza imetero hagati y'umuntu n'uwundi nayo gukaraba vyo vyabaye...

Ngo nta mbuga ngurukanabumenyi za Facebook akoresha

Umuvugizi w’ubushikiranganji bwo kubungabunga amagara y’abantu no kurwanya Sida aramenyesha abarundi n’amakungu ko umushikiranganji Thaddée Ndikumana ata mbuga za Facebook akoresha. Ivyo Jean Bosco Girukwishaka...

Umukuru w’igihugu Evariste Ndayishimiye n’umutambukanyi wiwe bashitse amarembe i Libreville

Umukuru w’igihugu c’Uburundi Evariste Ndayishimiye ari kumwe n’umutambukanyi wiwe Angéline Ndayishimiye bashitse impore amarembe i Libreville ku murwa mukuru w’igihugu ca Gabon aho bagiye...

Facebook Comments