Home french Diaspora : L’ancien ministre burundais Gabriel Mpozagara jugé pour «traite d’être humain»

Diaspora : L’ancien ministre burundais Gabriel Mpozagara jugé pour «traite d’être humain»

Le dignitaire burundais, ancien diplomate à l’Unesco, est jugé aux côtés de sa femme au tribunal de Nanterre depuis ce lundi 8 octobre 2019. Le couple est accusé d’avoir exploité pendant dix ans un Burundais qui travaillait à son domicile, dans les Hauts-de-Seine.

Les deux prévenus, qui contestent toute infraction, comparaissent pour «traite d’être humain», «travail dissimulé», «emploi d’un étranger sans titre» et «aide au séjour irrégulier». Ce sont des ouvriers intervenant dans la maison de Gabriel Mpozagara à Ville-d’Avray (Hauts-de-Seine) qui ont signalé, en juillet 2018, la situation de cet homme. Aujourd’hui âgé de 39 ans, ce dernier est arrivé de Bujumbura en 2008, initialement pour une période de 3 mois.

Selon les parties civiles, il a alors dû travailler 19 heures par jour, 7 jours sur 7, s’occupant du ménage, du jardin, de la cuisine, de la lessive, ainsi que des soins d’un des enfants du couple, un adulte souffrant de handicap.

L’homme était «insulté» et «rabaissé», dormait dans la cave sans conditions d’hygiène basiques, son passeport lui ayant été enlevé, décrivent les parties civiles, qui ajoutent qu’il devait recevoir environ 50 euros de rémunération par mois – une somme qui n’a, de plus, pas été versée en intégralité.

Deuxième procès

Le diplomate «a été meurtri et très peiné» de «cette dénonciation qu’il considère comme calomnieuse et nous ferons en sorte de faire éclater la vérité », a déclaré Me Dominique Naveau-Duschesne, son avocate. «Les pièces du dossier montrent les contradictions qu’il y a entre (les) déclarations (du plaignant NDLR) et la réalité», a-t-elle assuré, ajoutant qu’il s’agissait d’un «ami de la famille, qui était traité comme un membre de la famille».

Le couple avait été condamné en 2007 à Nanterre dans un dossier similaire, puis ils avaient été relaxés en appel. À l’époque, ils avaient été accusés «d’avoir maintenu dans des conditions de travail et d’hébergement contraires à la dignité humaine» deux jeunes parentes, indique dans un communiqué le Comité contre l’esclavage moderne (CCEM), partie civile au procès de lundi.

Source : Jeune Afrique

Facebook Comments

Most Popular

Urwevu: Abantu bose bokwigenza nkawe, ubona isi yokongereza agaciro?

  Abahinga mu kwiyumvira bo muri kahise, aha tugafatira nko k'uwitwa Emmanuel Kant yava mu gihugu c'Ubudagi, "ubuntu" ngo ni aka kantu gatuma umuntu mu...

Uwuserukira Uburusiya mu Burundi yakiriwe n’umukuru w’inama nkenguzamateka

  Kuri uyu wa kabiri, igenekerezo rya 1 Kigarama 2020, umukuru w'inama nkenguzamateka Sinzohagera Emmanuel yuguruye icese isasa risanzwe rya Kigarama ry'inama nkenguzamateka, ivyo bikorwa bikaba...

Kirikou yavuze ku kigo c’impfuvyi ciwe   

https://www.youtube.com/watch?v=WQtmaXoJaK0 Muvyo Imana yamuhaye, Kirikou avuga ko yahawe gutahura igituma yabayeho. Ico gituma ngo nukugira abandi bazobeho biciye mu minwe yiwe, Ivyo n’ivyo aheruka kuvugaira...

Kigingi yagarutse ku mashusho y’urukozasoni amuvugwako

https://www.youtube.com/watch?v=wIuCCQ5ZPyo&t=27s Amasanamu y’urukozansoni yaragize imisi aboneka ku rubuga rwa Facebook rwa Kigingi ngo siwe yayashizeko, Ahubwo ngo n’umuntu yamwinjiriye muri urwo rubuga “Piratage”, gutyo ituma...

Facebook Comments